Un samedi soir sur la terre…heu non un samedi matin avec Erika à Reims…

Douze ans. Douze ans d’humidité. Douze ans de poussière, d’eau, de fumée, de boue?! Douze ans de coups de pied, de coup d’ampli, de pied de micro, de coup de portes…de coup de tables. Douze ans de trop chaud dans une chambre, trop froid dans le coffre d’une bagnole.
Et douze ans que c’est la seule. Douze ans et douze milles riffs. Douze ans.
Je jouais de la guitare depuis 3 ans à peine. Et pourtant, j’avais décidé de m’offrir une guitare à 8000 balles, ce qui quand même est un pas mal pour une guitare quand on ne joue que depuis 3 ans. Un bon investissement. De mes premiers riffs Hendrixiens à mes premiers solos de blues, en passant par mes années métal/hardcore avec les sLu, elle en a vu des cafés enfumés, des salles obscures, des salles de répétitions étroites et des trottoirs mouillés.
« Tu peux tout jouer sur cette guitoune! » m’avait glissé mon super pote super guitariste Henri. J’avais cassé ma tirelire.
Mais c’ était stratégique. J’avais déjà acheté puis revendue trois guitares. Celle-là au moins, me ferait quelques années.
Il y a quelques temps je voulu en changer, mais constata très vite que trouver une bonne guitare me coûterait le même prix, voir un peu plus.
Alors j’ai réfléchi. Pis depuis un an je ne jouais plus que du reggae sur ma Takamine classique ! mais un soir, j’avais (re)croisé le premier album de RATM…
C’était encore une bonne guitare. Le vernis a quelques coups mais le manche est encore nickel. Le Floyd est un peu terne par endroit mais le vibrato répond toujours très bien. J’avais malgré beaucoup de mal à la garder accordée: les frettes, vieilles de douze années de dur labeur, de sueur et de coup de médiator, étaient dangereusement marquées, au point que la guitare frisait par endroit. Mais je reprend l’histoire du début:
Erika la blogueuse a une soeur qui s’appelle Claire, qui ne joue pas de gratte mais sait quand même qu’est un chevalet et une frette parce que son petit-ami Mathieu est du genre trifouilleur de guitoune, vu qu’en plus, il bosse dans un magasin de grattes à Reims. REFRETTER L’exceed? nICkEl.
Ni une ni deux, Erika&co, ok, journée familiale à Reims. Claire super cool, Mathieu aussi, je laisse ma gratte dans son couloir, et le rejoins à son magasin ou j’essaye une Vigier sur un Mesa-boogie.
2 jours se passent. 2 jours et je retrouve Lili, dans son nouvel habit de lumière. Mouais c’est cul-cul cette expression, trop pro-disney….
Bref j’ai récupéré ma guitare au bout de 2 jours, avec des frettes neuves. Elle sonne à merveille. Super Erika, super Claire, et que dis-je, super Mathieu!
Merci, merci, et encore merci.
Bon je retourne à mon solo de Tommy Morello moi.

Jah Rasta Fa ri les mans.

7 Reponses to “Un samedi soir sur la terre…heu non un samedi matin avec Erika à Reims…”


Laisser un com




Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers:

Extension Factory Builder