Bio Ciné: Clint Eastwood

Clint Eastwood Eastwood. Clint Eastwood. Rien que son nom inspire ne laisse personne indifférent. La longue carrière de l’ acteur américain renferme à elle seule la moitié de l’ histoire du cinéma. Du « Make my Day » de l’ Inspecteur Harry aux larmes d’ amour du photographe de « Madison Road« , Clint Eastwood à parcouru sa vie d’ autodidacte du cinéma comme la plupart de ses personnages: en solitaire.

1955? dans la ligne de mire

L’ année de sa première apparition dans une série Z un peu oubliée au titre surprenant, « La Revanche de la créature« . Mais c’ est surtout l’ année de la série à succès « RawHide » qui le révèlera à un large public, et surtout à Segio Leone, qui le choisi pour interprété le personnage du cowboy solitaire de sa trilogie « Pour une poignée dwestern-spaghettie dollars », « Et pour quelques dollars de plus » et « Le Bon, la Brute et le Truand », l’ école de l’ art façon Western-spaghetti. Sa très grande taille (1m93), son regard ténèbreux, son calme légendaire, l’ ami Clint a tout pour devenir un grand acteur, et se retrouve logiquement dans la préstigieuse distribution de « Quand les aigles attaquent » aux cotés de Richard Burton, Patrick Wymark et Robert Beatty. En 1979, « L’Évadé d’Alcatraz » lui apporte une certaine reconnaissance dans le milieu très fermé du cinéma américain, et il rencontre Don Siegel qui lui écrit un rôle sur mesure de l’ Inspecteur Harry.

Mais alors qu’ il crée la polémique avec son personnage fasciste et sexiste d’ « Inspecteur Harry« , l’ acteur passe derrière la caméra et réalise « Un Frisson dans la nuit« , un thriller psychologique genre « Liaison Fatale« , révélant ainsi une autre facette de son talent: désormais, Clint Eastwood le réalisateur dirigera Clint Eastwood l’ acteur.

Coté engagement l’ acteur est conu pour être un « républicain libertaire« . Engagé pour Nixon mais opposé à la guerre au Vietnam, engagé pour Bush mais opposé à la guerre en Irak. Il financera même le voyage de l’ acteur Sean Penn dans ce pays pour rendre compte des dégâts causé par l’ armée U.S. Tout au long de sa vie Clint Eastwood occupera divers postes au sein des gouvernements américains, républicains qui se succèderont avec plus ou moins d’ « enthousiasme », et sera même aux cotés d’ Arnold Schwarzenegger en Californie pour une courte durée…

Une courte rétrospective sur sa filmographie n’ est pas chose aisée, tant les films , les succès et les sujets « visités » par Clint Eastwood sont nombreux. Je vais m’ obliger à en choisir un maximum de dix.
L'Homme des Hautes Plaines1973 : L’Homme des Hautes Plaines
– Première réalisation à succès. Un personnage proche de celui qui l’incarnait dans la trilogie de Sergio Leone, l’ humanité en plus, qui inspirera un peu plus tard un autre de ses chefs d’ oeuvre « Pale Rider« . Un cavalier sans passé débarqué de nulle part qui prend le parti des faibles face à impitoyables corrompus du Far-west. Efficace.

 1982 : Honkytonk Man
– L’ ultime récital d’ un guitariste de country musique atteint de la tuberculose.  « Un gars qui meurt ça plaît au public, ça », le tenancier d’ un bar. Première note de musique dans un de ses films pour ce réalisateur par ailleurs passionné de jazz et pianiste à ses heures perdues, qui racontera la vie du saxophoniste Charlie Parker dans « Bird« , magnifiquement interprété par Forest Withaker.

 1990 : Chasseur blanc, cœur noir
– Le penchant meurtrier d’ un réalisateur qui, parti en Afrique pour tourner un documentaire, fini par préférer chasser et s’ acharne sur un éléphant. Clint l’ écolo, Clint coté humain. Une oeuvre très personnelle, un film à la saveur étrange.

 1992 : Impitoyable
William Munny, tueur autrefois implacable mais aujourd’ hui repenti débarque dans la ville de BigWiskey, pour éliminer deux cowboys qui ont « tailladés » au couteau le visage d’ une prostitué. L’ un de ses chefs d’ oeuvres oscarisés, et un formidable affrontement d’ acteurs dirigés avec une baguette magique, de Gene Hackman à Morgan Freeman. Mon préféré avec « …Madison Road« .

 1993 : Un monde parfait
– La course poursuite d’ un évadé de prison et de son jeune otage face aux Texas Rangers à travers le pays. Un film magnifiquement réalisé, où Eastwood campe un Agent quelque peu dépassé par les évènements, sentant la fin tragique. Un film magnifique, et le dernier « bon » film de Kevin Costner.

affiches films1995 : Sur la route de Madison
- Adapté du roman de R.J.Wallers du même nom, le film retrace l’ histoire d’ amour impossible de Francesca Johnson, une fermière de l’ Iowa qui rencontre et tombe éperduement amoureuse de Robert Kincaid, un photographe du National Géographique de passage. Quatre jours de passion, dans la vie d’ un femme mariée et mère de famille, qui aura le choix difficile entre la raison ou la passion. Quatre jours passés au coté de Clint Eastwood amoureux de Meryl Streep, tout les deux au sommet de leur talent pour une oeuvre intimiste qui va droit au coeur. L’ ami Clint composera la musique du film, et la mélodie au piano entraînera beaucoup de larmes, dont les miennes.

 1997 : Les Pleins Pouvoirs
- Un cambrioleur assiste au meurtre de la maîtresse du président des états-Unis par lui même, et tente de se disculpé alors que les services secrets font tout pour l’ accuser. De retour face à Gene Hackman pour un affrontement sur le fil du scalpel dans un polar supra-efficace. Un film culte.

 2004 : Million Dollar Baby
- Le destin tragique d’ une boxeuse qui tente de devenir professionnelle et demande l’ aide d’ un ancien entraîneur de renom. L’ un des plus gros succés de l’ année 2005, et la révélation d’ Hilary Swank. Morgan Freeman, en « aide de camp » et conseillé psychologique prouve qu’ il sait vraiment tout faire, et ne manque jamais de faire savoir quel plaisir il a de jouer dans les films de son ami Clint.

 2008 : Gran Torino
- Un vétéran de la guerre de Corée tente de protéger une famille d’ immigrés hmongs d’ un gang qui essaye de »recruter » leur fils. Une oeuvre troublante sur fond de guerre des gangs et de racisme dans les quartiers abandonnées des Etats-Unis, pour un film essentiellement porté par les épaules d’ un Clint Eastwood alors agé de 79 ans. Mais croyez-moi, même à cet âge avancé, quand Clint Eastwood fixe son regard et balance un direct en pleine face, c’ est tout le charisme de l’ acteur qui prend le dessus. Depuis il a d’ ailleurs annoncé qu’ il ne passerait plus devant la caméra.
Et puis…

1977 : L’Épreuve de force, 1980 : Bronco Billy, 1986 : Le Maître de guerre, 1989 : Pink Cadillac, 1990 : La Relève, 1993 : Dans la ligne de mire, 1999 : Jugé coupable, 2002 : Créance de sang, 2003 : Mystic River, 2006 : Mémoires de nos pères… clint eastwood
Tant de films à la gloire d’ un artiste incomparable, tant d’ oeuvres souvent réalisées avec des problèmes de budgets malgré les colossales recettes gagnées par la Warner grâce à ses films( éstimées à plus de deux milliards de dollars ), tant de preuves qu’ un cinéaste peut se réinventer à chacun de ses films, et connaître le succès et la reconnaissance sans ne jamais tomber dans le facile et l’ industriel. Une carrière digne d’ un athlète de haut niveau du cinéma.

Mr Clint Eastwood.

11 Reponses to “Bio Ciné: Clint Eastwood”


  • Bonjour,
    j’ai « rencontré » Monsieur Eastwood (cf Retour vers le futur :razz: )
    avec ce film:
    The Outlaw Josey Wales (Josey Wales hors-la-loi) est un film américain réalisé par Clint Eastwood en 1976.

    :cry: :cry: Bien sûr « sur la route de Madison »…. of course!

    Amicalement
    :wink:

  • :mrgreen: :mrgreen: moi Clint m’ a eu dès l’ enfance avec son ami Sergio Leone…depuis, je suis un inconditionnel !

  • Après avoir lu le livre, j’ai regardé pour la première fois à la TV « sur la route de Madison » dans ma chambre de maternité, le lendemain de la naissande de mon fils. Hormones ou pas, j’étais en larmes devant le film. La sage-femme croyait que j’étais en train de faire un baby blues. Non c’etait juste Clint qui me faisait cet effet :lol:

  • Yes, un film magnifique, où j’ ai aussi laissé quelques larmes, et qui m’ a rappelé quelques souvenirs…
    J’ ai aussitôt acheter le bouquin…l’ ai lu…et de nouveau. J’ ai pleuré!

  • Sur La route de Madison… :cry: mais tellement prenant… Un vrai super kiff… :cry: :cry: :cry: :cry: Si si je l’adore ce film mais :cry: :cry: :cry: :cry: :cry: et je ne m’en lasse toujours pas !!!! :wink:

  • :mrgreen: :mrgreen: Oui Milky….sniff sniff sniff….moi aussi je le regarde une fois par an…pour…pleurer à nouveau … :grin:

  • Bonjour Jiminix,

    mon acteur préféré!

  • :mrgreen: :mrgreen: Pas mon prefere mais un des favoris en tous les cas !! Ludo, tu te fais rare sur C4n…

  • Et pas prêt d’y retourner!
    Marre des pseudos à multiples facettes complètement pourris, des insultes y compris envers mon épouse qui n’a jamais écrit sur ce site, et le laxisme des administrateurs qui prétendent ne pouvoir rien faire.
    Désolé, j’ai passer l’âge de me laisser em…….. par des imbéciles.

  • :mrgreen: :mrgreen: Je comprend cela dit « la cause’ a besoin d’internautes comme toi, pour lutter contre la jungle du web prête à balancer n’ importe quoi! Alors c’ est bien dommage…
    N’ étant de retour sur ce site que depuis qq mois, je suis passé à coté de tout cela. Mais encore aujourd’ hui ce n’ est pas non plus…:mrgreen:

  • Vu mon âge « canonique », il y a aussi d’autres acteurs que j’apprécie comme Lino Ventura, Gabin, Fernadel, Bourvil ,Raimu et bien d’autres encore y compris les seconds couteaux tous admirables.
    En Clint Estwood en revanche, je retrouve non seulement un excellent acteur mais également un excellent metteur en scène qui joue parfaitement sur des cordes telles que la sensibilité, la violence, la raison, l’amour etc…
    Un artiste très complet!

Laisser un com




Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers:

Extension Factory Builder