Toute la musique que j' aime

...où est-elle ?

bluesman« La musique est un art mineur » selon Serge Gainsbourg.
De ma plus tendre enfance à mes débuts de guitariste je n’ai cessé de l’écouter, de la digérer et de la décortiquer. Depuis, et selon un équation très personnelle, j’ai toujours essayé de porter un jugement critique envers la musique en générale, en essayant de ne garder que « l’essentiel ».

Je ne parlerais pas tout de suite de sentiments. Des chansonniers du dimanche aux chanteurs de charmes, les modes et les couleurs ont saturées les radios, les télés et les oreilles de tubes souvent insupportables. Pourtant, en ce lundi 6 octobre, et alors que je suis en voiture, la radio qui crache sa honte ne me fait pas de cadeau: Voici ce que j’entends:

Les filles adorent être au top de leur forme / Pour nous autre, nous les hommes / Faire du sport baiser jusqu’aux aurores /…

Comment en est-on arrivé-là ? Quelle chanson, artiste ou influence à pu conduire à une chanson aussi nulle voir ridicule ? Qu’ai-je fais pour mériter cela ?

Certes l’ absence de qualité musicale n’ est pas une exception quand on se laisse guider par les radios populaires: c’ est en partie pour cela que je me suis interdit de surfer sur les ondes des radios qui, à coup de matraquage, finissent par vous faire détester une chanson de qualité.

Aussi parce qu’il m’était devenu impossible de laisser un programmateur décider de ce que j’allais écouter comme musique durant mon existence. Ma collection de disque étant ce qu’elle est, et ce depuis mes 15 ou 16 ans, c’est sans peine qu’à l’époque de l’adolescence, je coupa définitivement ma radio.

Je ne reviendrais pas sur cette chanson d’une nullité incroyable mais pas sans précèdent, même si pour moi de telles paroles sont une véritable atteinte aux droits de l’homme et de la femme.

Quand on découvre tardivement les sixties comme moi à 17 ans, on met les bouchées doubles. On salive sur les collectors, on veille sur les émissions musicales programmées durant la nuit, on passe des journées entières chez les disquaires.

Et puis le web arrive, et l’on se met à tout écouter. Tout ou presque. Fier de ces longues heures passées le casque sur les oreilles à « nager » dans un album du Floyd ou sur un récital de La Callas, on prend du recul, on mélange les genres, et l’on y trouve des influences.

On pense à tout ce qu’a apporté Hendrix au rock’n’roll, on voit des tas d’influences made in Miles Davis dans les musiques de films des années 80. On se dit que la musique est un immense édifice, où beaucoup de musiciens ont « ajouté » leur pierre.
Je vais tenter de m’expliquer, par quelques raccourcis, en parlant de ce que je connais donc le mieux, à savoir le rock et les guitares.

Au départ, il y eu Sir Robert Jonhson. Car tout le rock vient du blues. Il y eu la musique façon Shadows: un ampli, une guitare, un son clean. Le rock n’en était qu’ à ses balbutiements. Et « les influences musicales » ont commencé à faire évoluer les musiciens de tous bords.

Jeff Beck, guitariste de légende, invente la distorsion en « trouant » l’enceinte de son ampli avec la tête de sa guitare. Led Zeppelin ouvre la voix du Hard-Rock. Marc Nolan invente la Fuzz, Hendrix donne des leçons de Wah, Pink Floyd réinvente l’utilisation des synthétiseurs…
Et le rock n’a que quelques années d’existence…

Ceci n’est qu’un bref résumé. Des centaines d’anecdotes, de brèves de concert, d’expérimentations sonores et de mélange des genres ont fait et continuent de construire le rock, et pas seulement.

Quand Clapton reprend « I Shot the Sheriff » sur son « 464 Ocean Boulevard« , il ne fait pas qu’insérer de la musique reggae dans son légendaire style Blues/Rock: il révèle au monde Bob Marley, l’un des plus grands auteurs compositeur de tous les temps.
La musique, le rock se crée, se réinvente, se transforme à coup d’effets de ‘ instruments et de mixage. L’esprit de chaque musicien repousse les limites de sa propre créativité.

Pour être un peu plus actuels, le cas du groupe de rap Public Ennemy est très intéressant. Car il a suffi d’un morceau, « Bring the noise« , enregistré avec le groupe de Trash « Anthrax » pour qu’un nouveau genre naisse, et que des tas de groupes tel Rage Against The Machine revitalise la scène rock des années 90.
On peut aussi parler de Beck, qui avec son album « Odelay » révolutionnera le son vintage de la musique moderne…les Sex-pistols, Tangerine Dream, Fugazi, Iron Maiden, Acdc, Fishbone…tellement de groupes k7jouant de nouveaux styles de musiques « soufflés » par tant d’ influences musicales.
La musique électronique des années 80, puis 90, ne serait pas sans les expérimentations sonores des sixties et des seventies. Le métal d’ MTV ne serait rien sans le blues de la Nouvelle-Orléans.micro année 60
La musique, en général, n’est qu’une évolution permanente.

C’est alors que les sentiments influences aussi nos choix et nos goûts musicaux. L’émotion sonore est remplacée par des situations, des « gueules » ou des costumes, des paillettes et des danses.

J’ai par exemple un très grand respect pour tous les fans de notre Johnny national, qui, même sans parler musique, est LE personnage emblématique de la musique made in France.
Pourtant, il n’est, comme beaucoup d’autres « artiste » issue de l’époque « yéyé » française qu’un clone d’une musique populaire venue d’ ailleurs, en l’occurrence les Etats-Unis dans ce qu’ il ont fait de pire. Il y a quelques chansons que je sais apprécier, mais d’avantage pour ce qu’elle me rappelle que pour leurs qualités musicales. Tout comme bons nombres d’artistes « pop » des années 80, où j’avais 15 ans.

Et même si l’on a le choix de ne pas écouter Herbert Léonard ou Patrick Hernandez, parce que ni les paroles ni la musique de leur chanson ne vous apportes rien musicalement, à la télé, on ne voit qu’eux. La musique et la télévision et une grande histoire d’argent.

Les années 90 sont une révolution en matière de promotion. Le Hardcore, le Rock « dur » des malades qui « aiment la violence » se changent en métal et passe non-stop sur MTV grâce à Nirvana.
Bonne chose ou pas, le rock est une nouvelle fois récupéré, emballé, pesé et vendu en barquettes plastifiées. Les couleurs changent, les discours aussi. Tout se mélange. Tout se perd.

Peu avant les années 2000, Mariah Carey et Witney Houston invente le hurlement chanté, et la scène rock laisse la place à la scène Hip-Hop. Le Hip-Hop ne résiste pas longtemps, et devient très vite du R’n’b (qui n’a rien avoir avec le Rythme and Blues). La musique devient recyclable, des reprises « molles » des standrads d’ autrefois inondent les radios; Doc Gynéco parle de cul dans ses chansons.

djEt ce qui doit arriver arrive: à force de trop mettre de cul et de nichon dans la musique, on invente la téléréalité musicale, qui donne le coup de grâce.
La « musique » devient un sport, et les fans adorent leurs des stars comme des supporters de foot.
J’ai surement beaucoup de mal à expliquer ce que je ne comprends pas trop moi-même, mais pour simplifier, j’ai senti que tout allait mal quand j’ai constaté que mes amis les plus « Rock’n’roll » avaient aussi leur préféré à la star’ac. Une réflexion très personnelle me dit que, si l’on est partie des années 60 avec 60% de groupes pleins de créations pour 40 % de plagiats surmédiatisés et vendus en supermarché, on doit maintenant en être à 20% / 80%.

Car depuis 10 ans maintenant, des tas de clones de Georges Brassens, James Brown et d’Otis Redding n’apportent plus grand chose tout en vendant beaucoup.

Je suis d’ accord pour dire que toutes les musiques ont leurs places en ce bas monde. Mais il faut bien avouer qu’ aujourd’hui, il est très difficile d’ oser prendre la musique pour ce qu’ elle est, et surtout d’ oser la laisser pour ce qu’ elle n’ est pas. Et tout simplement de la choisir.
Est-ce que vous écoutez et appréciez cette chanson parce qu’elle vous plaît vraiment, parce qu’on vous la sert 10 fois pas jours à la radio, ou parce qu’un gamin de 20 ans la chante admirablement bien à PopStar ?
Pensez-y.

Car la musique et plus particulièrement le rock vaut que l’on s’intéresse à son histoire…
Je salue donc ici le travail des rédacteurs de deux sites devenus pour moi « incontournable », et qui raconte toute son histoire à travers de nombreux articles riches en anecdotes…guitare electrique

www.areyouexperienced.fr
www.crosstowntraffic.fr

Bonne lecture, et surtout bonne écoute.

0 Reponses to “

Toute la musique que j' aime

...où est-elle ?
  • No Comments

Laisser un com




Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers:

Extension Factory Builder