diapo8
Le cinéma des frères Coen
diapo6
diapo5
diapo4
diapo3
diapo1
diapo2
<< >>

Tag Archive for 'animal'

Les Dernieres heures du soleil ancestral

"Au cours des vingt-quatre heures, plus de 80 mille hectares de forêt pluviale équatoriale ont été détruits sur notre planète. Treize millions de tonnes de produits chimiques toxiques ont été relâchés dans notre environnement. Plus de 45 milles personnes sont mortes de faim, dont 38 milles enfants. Et plus de 130 espèces végétales ou animales se sont éteintes par la faute des hommes (La dernière fois qu'une telle extinction d'espèces se produisit, ce fut à l'époque de la disparition des dinosaures). Et tout cela est arrivé seulement depuis hier." Thom Hartmann est malgré tout un homme très optimiste. Et son livre, véritable compte-rendu de la bestialité de l'homme envers son environnement et lui-même, délivre pourtant un message pleins de bon sens et d'espoir: l'homme blanc est le mal. C'est donc lui le principal acteur du changement futur. "Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde." mohandas-karamchand-gandhi Dans la préface, N.D Walsch parle de ce livre comme l'un des plus important que vous lirez...il n'a pas tort.

La lumière ancestrale

Certes la mention "Agir pour une transformation personnelle et globale" sur la 1ère de couverture peu effrayer le lecteur, et les dernières heures du soleil ancestrale pourraient bien n'être qu'en fait la vie d'un dieu ou d'un prophète.. Il n'en est rien. Ici, il est essentiellement question d'écologie, d' histoire des civilisations et de modes de vie. La lumière ancestrale porte bien son nom, ne concerne ni dieu ni prophète, mais défini tout simplement le soleil et l'énergie solaire accumulée durant des millions par la planète et les êtres vivants qui la peuple. Ceci est le fil conducteur du livre: l'espèce humaine, après avoir consommé les ressources terrestres "actuelles", les forêts et les plantes qui l'entoure, à fini par exploiter la richesse des sols, la lumière ancestrale, accumulé depuis la nuit des temps: le pétrole.

Le meilleur des mondes

Au départ naquit l'homme bon. Sans couleur, ni religion. Il partageait tout avec les siens, qui se nourrissaient essentiellement de la cueillette et de la chasse. Puis le première "empire colonisateur" vit le jour. Avec lui, l'espèce humaine découvrait l'exploitation des ressources (végétales, animales et humaines) disponibles à plus grande échelle. Au fil de l'existence, qu'il soit Romains, Turcs, Espagnoles, Portugais, puis Américains ou encore Européens, rien n'arrêtera la volonté de certains peuples à coloniser ceux qui les entoures. "Christophe Colomb non seulement ouvrit la porte d'un Nouveau Monde, mais constitua, pour tous, un exemple, en montrant quels exploits monumentaux peuvent être accomplis grâce à la persévérance et à la foi". Georges W.Bush Ce que le président de certains "américains" oubli de dire, c'est qu'aujourd'hui, Colomb serait jugé pour crime contre l'humanité. Car après la déception de n'avoir pas trouvé d'or le navigateur "compensa" le coût de ses voyages en envoyant de la main d'œuvre gratuite en Espagne. En traitant les indiens Taïnos de cannibales, il les réduisait à l'état de sauvages à rééduquer ( par l'église bien sur ), justifiant ainsi leur exploitation, torture, viol. Mais les Taïnos refusèrent de travailler. Beaucoup se suicidèrent. Finalement, Colomb décida l'extermination de ce peuple inutile.

Surpopulation

Alors qu' il nous fallu 200 000 ans pour atteindre un milliard ( et ce quand l'exploitation agricole remplaça la cueillette et la chasse) et 130 années pour parvenir au second milliard ( grâce notamment à l'utilisation de machines agricoles plus performantes que l'humain ), trente années seulement furent nécessaire pour atteindre les 3 milliards en 1960. Le pétrole amenant des machines encore plus sophistiquées, le 4 milliards. fut atteint en 14 ans Le cinquième milliard fut atteint 13 ans plus tard, en 1987, et le sixième en 1999. L'humain devenait l'espèce dominante de la planète, dépassant la population des rats(...) ce qui signifie qu'aujourd'hui, toutes les autres espèce végétales ou animales sont dans l'obligation d' entrer en compétition avec nous qui consommons 40% de la nourriture et de l'énergie, et 50% de l' eau douce disponible.

Combien de temps nous restent-ils?

"La civilisation est une conspiration...la vie moderne n'est que le silence compact des riches cherchant à maintenir leurs prétentions". J.Buchan "En brulant les arbres, le charbon et le pétrole, nous déversons, chaque année, plus de 6 milliards de tonnes de carbone dans l'atmosphère." Inutile d'évoquer à nouveaux les problèmes environnementaux principaux connus de tous. De la déforestation pour élever du bétail au reboisement inutile d'arbres trop jeunes pour compenser, les polutions en tout genre, etg l'habitat de l'homme qui grandi sur celui d'autres espèces que l'on fini par chasser et tuer... "Chaque années les états-Unis importent plus de 900 000 tonnes de bœufs en provenance du Salvador, du Guatemala, du Nicaragua...alors que le citoyen moyen de ces pays consomme annuellement moins de viandes que le chat domestique américain". Il en va de même pour les ressources végétales ou animales, ainsi que de la main d'œuvre à bon marché de la mondialisation.

La terre-mère

L' un des autres points importants du livre est la volonté de l' homme à ignorer sont appartenance à la nature qui l'entoure. Et tandis que les hommes d'autrefois craignaient les orages et les tempêtes comme la colère des dieux, l'homme d'aujourd'hui et sa science tente à expliquer tout, ignorant tous ces mystères qui obligèrent l'homme à respecter ce qui le portait et le faisait vivre durant des millions d' années. Une déshumanisation organisée, qui profite largement à l'exploitation de la planète par certains.

Un livre à lire, pour penser autrement

Ne vous y tromper pas, je n'ai fais qu'évoquer certains points importants de cet ouvrage,que j'ai lu deux fois durant mes vacances. Je connaissais déjà l' essentiel, mais les explications fournies sur colonisation de la planète par certains peuples et l'exploitation des ressources à travers les âges vaut son pesant d'or: l' école n' en parle qu' approximativement, et souvent à la faveur des mêmes. Le livre de Thom Hartmann compte sans retenues toute l'histoire de l'homme, avec comme pensée principale que personne ne né mauvais. Bonne lecture!

suite...

Mon'ti pote

ratsa-titre.gifQuand j'étais petit, chez moi on n'aimait pas les animaux. Parce que partout ou on allait et ou il y avait des chiens ou des chats, mon beau-père du moment disait que l'odeur était insupportable. Alors, moi aussi, je n'aimais pas les animaux. On avait bien un cheval ( oui, ma maman et moi avons été un peu riche, mais pas longtemps...) et un Fox terrier pour la chasse, mais ils passaient leurs vies dehors. Plus tard ma maman changé. De partenaire, mais aussi d'avis. Vers mes 20 ans (bon je n'étais plus très souvent chez moi...), elle a eu la bonne idée d'adopter un petit caniche. Tout piti, tout frisé, tout mignon. Moi c'était l'époque ou je préférais jouer de la guitare dans ma chambre plutôt que d'aller m'ennuyer à l'école. Du coup, je passais des journées entières avec cette pitite boule de poil. Depuis, j'ai pratiquement toujours eu des animaux autour de moi. Des chats plus particulièrement. Femelle et mâle. J'aime leur tranquillité, leurs envies de caresse et les ronronnements qui suivent. Je surveille leur curiosité, leur sens développé du jeu... je m'attache, et quand le destin intervient... Il y a ceux que j'ai enterré dans mon jardin ou dans les bois, ceux qui, à quelques jours à peine de leur naissance, j'ai déposé à contre-cœur chez un véto...oui, on fini par s'attacher à ses... "piti trucs" comme dirait m'Toop. Je me souviens avoir eu aussi la "plus belle pitite chatte du monde", toute vêtue de couleur crème avec le bas des pattes marron foncé. Une beauté!! Bon, à l'époque, y avait déjà trois chats à la maison alors... Quand, de nouveau célibataire, j'ai pris un nouvel appartement, j'ai repris une tite loulousse. Toute belle aussi, à la limite de l'angora. Et à contre-coeur, j'ai fini par la laisser sortir. J'habite à proximité d'une méga route où filent voitures et poids lourds. Je sais qu'aucun animal n'est fait pour vivre entre quatre murs....mais, un soir, moins d'un an après, elle n'est pas revenue. Aucun animal n'est fait pour vivre enfermé... Il ne s'est passé quelque mois avant qu'un nouveau félin vienne à nouveau roupiller sur mon lit. Un félin ?! Deux !! Car après un mal-entendu, je me suis retrouvé avec deux pitits chats. Rasta et Tigrou. J'ai pu assister à des super combats entre les deux pitits trucs, à m'en décrocher la mâchoire. C'est incroyable ce qu'ils sont capables de faire, rien que pour pimenter leurs jeux. Le seul problème...Tigrou faisait piti partout. Ce n'est pas un secret, j'en ai souvent parlé ici. Donc Tigrou parti, Rasta a fini par se retrouver seul. Rasta. Il porte bien son nom. Rasta, mon pote. Jamais je n'ai eu une telle complicité avec un animal. Si nous étions gouvernés par des Chats, Rasta serait un chat très important!! Car c'est un chat incroyablement attachant, qui va tout de suite à la rencontre de l'humain, et de l'animal, sans jamais devenir méchant. Bon souvent quand on joue il sort un peu ses griffes, mais surement d'avantage par implication que par méchanceté. Car il est du genre à se cacher derrière une armoire pour mieux me sauter sur les pieds. Parfois aussi, il se couche à mes cotés et passe une heure à regarder les images qui défilent sur l'écran du pc. Il a déjà dormi la tête enfoncée dans mon coup, ou posée dans ma main. Dès que je rentre, je suis sur de le trouver à mes pieds, pour quelques gratouilles qui veulent dire: salut ca va? et ta journée? moi zen..." Rasta est mon pote. Et aussi le pote de tout mes amis. Demandez à m'Toop qui vit une véritable histoire d'amour avec lui... Et biensur, en bon copain que je suis, je laisse mon pote sortir dehors. Et là, ça coince un peu. Par deux fois à mon retour du boulot, je l'ai vu traverser sans vraiment faire attention à la route. J'en suis même à me garer de l'autre coté pour être sur de traverser avec lui. Que puis-je faire, c'est mon pote, et on enferme pas les potes... rasta1.jpgrasta4.jpgrasta2.jpgRastafari pour mon ti pote Rasta.

suite...

Esther en a marre de Zara!

Zara white? non, Esther Spincer, artiste engagéeOu plutôt...Esther redevient Esther. Et Feu Zara-Ecolo, le si populaire blog de la belle renait de ces cendres en "la vie tout simplement", un nouvel essai plus intime, plus personnel, et plus gourmand! Le rose agressif témoignant de toute la haine et la passion de la lutte contre la bêtise humaine s'est transformé en un bleu pastel qui va bien mieux aux langoureuses pensées d'Esther. Assagie? raisonnée?découragée? Pas le moins du monde ! L'article sur l'horrible traitement des singes du Maroc en témoigne: La belle n'a rien perdu de son intégrité et de ses convictions, Esther Guevara est toujours en guerre contre la connerie du monde. "Tout le monde gagne de l'argent avec mon nom, sauf moi!"...pas de mal à imaginer tous ces producteurs du X assoiffé d'or et sans aucun états d'âmes, ajoutez a cela quelques déboires financiés qui j'espère se sont arrangés. Un exellent article paraît dans la revue web "NeoPlanete", un peu tardivement dit Esther, qui explique pourquoi il pointe vers son ancien blog Zara-Ecolo. Je ne connais pas vraiment les raisons de ce "retour" d'identité, si ce n'est qu'après avoir mis une popularité quelque peu contestable au service de la vie humaine et animale, Esther désire surement prendre le dessus sur une Zara pleine de bonne intentions mais touours un peu remise en question par des "abrutis" amateurs de cinéma pour adulte. Car il faut bien reconnaître qu'il se dégage deux types de spectateurs de films X. Ceux qui ne les regardent que pendant 5 ou 10 min(..), et ceux qui y trouvent une quelconque expression artistique ou sont en extase devant la "performance" des acteurs et surtout des actrices. Chacun sa libido, sa façon de s'exciter, mais on n' est quand même à l'heure ou l'amateurisme dépasse les bornes du professionel! mais je m'égare...

Pour conclure je dirais que le "nouveau" Blog d'Esther Spincer, c'est biensur celui de Zara White, même engagement et même sincérité, mais avec un peu plus intimité...et ses lecteurs ne s'y sont pas trompés: il n'aura pas fallu plus de 3 ou 4 articles pour que le blog retrouve ses nombreux commentaires, comme pour dire: "vous avez aimé Zara? Vous allez adorer Esther". Tous amoureux d'Esther? comment resister à un coeur si léger et si passionné. Voilà tout l'intérêt d'un blog...découvrir l'interieur d'une personne à l'aide de ses mots. Ceux d'Esther viennent du coeur... La vie tout simplement, journal de bord d'une femme passionnée.

suite...

Végétarisme, on vous raconte des salades…

- retrouvez "les Thèmes du lundi" avec ToopToop, Moony et Gus
C'est SistaMoon qui a choisi le thème du végétarisme pour ce lundi de Noël, iutile de précisant que ce sujet me tient à coeur...la preuve avec mes nombreux posts sur ce sujet...alors au cas on vous seriez arrivés pour la deuxième partie du film, voici un petit sommaire... Végétarisme, mes raisons...

Une vie de dinde de noël

 

ONF… nous c’ est les forêts, pas ceux qui vivent dedans

 

Civilisé ?!

 

Vivre, c’ est participer aux massacres

bonne lecture, à vos commentaires si cela n'est pas déjà fait (et même!!)...

suite...

Une vie

de dinde de noël

Je me souviens de ses images incroyables et terrifiants de ces machines ou défilaient des petits poussins en file indienne. triés, baladés puis "projetés" dans des bacs...la seule intervention humaine nécessaire, un travail des plus ingrats: découper les petits becs des volatiles (pour éviter qu'ils se blessent entre eux!), et jeter les "rebuts" dans une poubelle. Le tout sonorisé par des "cuic-cuic" qui très certainement expriment la peur et l'incompréhension d'un tel traitement. Et les poussins n'ont qu'une journée de vie au compteur. "L’existence d’une volaille dite « industrielle » est relativement courte : treize semaines pour une femelle, dix-sept pour un mâle en moyenne. Nourrie à doses très régulières (elle est même réveillée la nuit toutes les deux heures pour manger), elle atteint un poids de 4 à 8 kg au moment de son abattage. L’animal est protégé des maladies à coup d’antibiotiques au cours de sa croissance, puis confiné à l’intérieur d’un poulailler souvent fermé à la lumière du jour (7 bestioles au m², selon des associations de défense des animaux de ferme). Il est ensuite abattu, puis commercialisé, principalement dans la grande distribution."...Planete Terra

La grippe avière aurait certes dû faire baisser les ventes de dindes et de volailles en générales. L'importation et l'agriculture biologique combleront le manque pour permettre à Noël, comme beaucoup d'autres fêtes, d'être synonymes de massacres animales. Et puis, la fameuse dinde a beaucoup plus de succès aux États-unis, qui consomme cinq fois plus de volailles qu'il y a 50 ans...

suite...

Des fois, y en a ils prennent des fusils et ils les tuent.

suite...



Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers:

Extension Factory Builder