diapo8
Le cinéma des frères Coen
diapo6
diapo5
diapo4
diapo3
diapo1
diapo2
<< >>

Tag Archive for 'musique'

Page 3 of 3

Ben Harper

music with family

Ben Harper..."Voici que le rêve de Martin est devenu le pire cauchemar de Rodney. On ne peut pas marcher dans la rue, pour eux nous sommes du gibier, nos vies ne valent rien. Comme un 'King', comme un 'King', comme un 'King'.Rodney King, Rodney King, Rodney King... " Nous sommes en 1992...Virgin records vient de "signer" un petit nouveau après avoir écouté son premier "enregistrement", Pleasure and Pain.

Je me rappelle avoir tout d' abord lu une critique de Rock'n'folk, qui parlait de The Will to Live comme d' un album "pas très interessant". Mais, comme à chaque que je découvre un artiste en cours de route, j' ai d' abord commencé par Welcome to the Cruel World. Une révélation ?! oui et non...je n' étais pas préparé (!!). Par contre l' album mettait déjà l' accent sur la slide-guitar, spécialement la Weissenborn utilisé par Ben en concert. L' album révèle déjà la principale qualité de l' artiste principal: le respect. Le respect des siens, et de ses origines Afro-Indienne. Le respect de toute cette musique qui a "modeler" la sienne. Le respect de son public, de ses frères de route.

Du coup, difficile de classer BenBen Harper Live Harper à cause de son indépendance, de son gout prononcé pour la pureté du son, de son amour pour "toutes" les musiques font de lui un artiste unique. Alors quand je fini par "céder à la tentation"!, je ne manque pas Fight for your Mind, opus plus engagé que le précédent, et je m' attarde quelque peu sur The Will to Live, dont le titre qui donne son nom à l' album et une pure merveille.

Deux concerts plus tard, (Lille et Paris), j' écoute un peu Burn to Shine, scotché par le somptueux Woman in You.

Waiting on an angel, Like a King, The Will To live, Forever, Jah Work, tellement de morceaux devenus essentiels dans ma discographie.

Live from Mars fini de m' achever en 2001, et me rappelle tout ce que j' aurais pu louper !

Ainsi s' achève le première partie de la "carrière" de Ben Harper...celle qui a révélée au public un artiste, un talent, une personnalité "hors" de tout...hors du temps. Car non content de mélanger des tas de styles de musique qu' il affectionne ( sa voix tellement "groove" donne déjà à sa musique des couleurs Rythm'Blues, Soul) en plus du son rock distodu de ses space-slide-accoustic-guitars devenu sa "marque de fabrique", Ben va cesser, pour un temps peut-être, d' être Ben Harper et devenir Mr Harper.

Lui vient de "ré-inventer" le rock a sa manière, l' espace de quatres albums a croisé sur sa route, déjà bien entamée en compagnie du guitariste Taj-Mahal (sacré début quand même! ), des compagnons de fortunes qui ne le quitteront plus et qu' il nommera "The Innocents Criminals". Sa route, internationale, passera par les salles les plus mythiques du monde. Ses perfomances lives le feront entrer dans la légende, et Ben Harper deviendra BEN HARPER. Un musicien doué avec qui tout le monde veut jouer, un homme plein de lumière que des générations entières considèreront comme un ami, voir comme un frère.

Weissenborg slide-guitarEt puis...né dans le magasin de musique familliale, au milieu d' une famille d' artiste [musicien, sculteur... ],

il n' aurait eu aucune excuse s' il était devenu bookmaker(!!)... "Benjamin Chase Harper, de son vrai nom, est né le 28 octobre 1969 à Claremont en Californie. Tout petit, il est passionné de musique et dès l’âge de trois ans, il commence à gratter sur la guitare de sa mère. A sept ans, Ben Harper reçoit sa première guitare et commence à traduire ses pensées en musique. Il grandit dans une famille passionnée de musique. C’est dans le magasin d’instruments que tiennent ses grands-parents que Ben Harper rencontre JP Plunier, producteur français qui, impressionné par son talent, le pousse à aller plus loin"..suiteLe poing levé

Célébre, adulé, respecté...BEN HARPER est une valeur sûre...une étoile...oui, mais une étoile dans une autre voix lactée que celle que le showbiz reserve à ceux que l' on élève jusqu' au ciel parce qu' ils sont sur une scène:

En 2003 sort ce qui reste mon album préféré: Diamonds on the Inside. Agrémenté d' un nouveau guitarsite et d' un clavier, l' album reflète parfaitement la "maîtrise" acquise par l' ami Ben, il commence par un morceau reggae, passe par quelques ballades magnifiques, mais s' attarde aussi et surtout sur la soul et la funk, ainsi qu' un morceau de chant africain. Ben trouve ici le mélange parfait pour user de sa voix si "soul", sur laquelle il utilise maintenant volontier des effets. Les solos "électrique" de "Diamonds on the inside" et de "So high so low" ramènent un peu de couleurs rock'n'roll dans un album résolument "tout style". Le disque se termine par le délicieux "She's Only Happy in the Sun", et l' on peut maintenant se rendre compte de cette incroyable évolution et de ce délicat mélange qu' est la musique de Mr Harper. Et puis vu les racines de l' homme, sa musique est aussi un cri engagé. Ben participe a de nombreux concerts de charité...The Blind Boys of Alabamaet comme il aime partager sa scène avec sa famille et ses amis [ REM, Pearl Jam, John Lee Hooker ], ses disques ne peuvent qu' être emprunt de douceur et de respect.

Du respect pour ses pairs, il y en aura beaucoup dans l' air lors de l' enregistrement du Live at the Apollo (avec les Blind Boys of Alabama) qui suit l' album There will be a Light. Un album profondément Gospel, ou Ben semble être seul avec les quelques chanteurs qui l' accompagnent, et les Innocents Criminals biensur...La tournée qui suivra n' empèchera pas un nouvel album de sorti en 2006, Both Sides of the Gun, un double album très personnel...

La fin de cette histoire se passe a Paris, ou Benjamin Chase Harper, entouré à nouveaux de ses criminels innocents décide d' enregistrer son nouvel album de la manière la plus simple qui soit...

"au studio Gang par Ben harper et ses Innocents Criminals, suite à une tournée de 9 mois. Mr Harper a choisi d'enregistrer et de mixer cet album en 7 jours (aucun matériel informatique n'a été utilisé, seulement de l'analogique). Pourquoi Paris? "parce que c'est Paris" répond l'intéressé...lieu où résonne une énergie musicale si particulière."

L' album Lifeline vient de sortir, et ne quitte pas ma platine depuis plusieurs semaines déjà. Dans la même veine que "Diamonds...", mais beaucoup plus "léger", il n' en fini pas d' enchaîner les compositions de qualités, a-tel point que l' on fini par se demander comme pour Stephen King à sa grande époque, s' il quelqu' un n' ecrit pas pour lui(!!). L' album, entièrement Soul, vient boucler l' envolée depuis "Diamonds"...

L' ami Ben semble maintenant bien installé confortable sur sa chaise, le poing en l' air, sa Weissenborn sur les genoux, prêt à "transcender" le monde entier de ses mélodies soul.

Et le monde entier, lui, en redemande...

deux sites essentiels: l' "Officiel " et le plus "personnel ".

suite...

Traiter la terre mère avec respect…

suite...

Tiken Jah Fakoly…

Le nouveau souffle de l' Afrique ?!

concert de Tiken Jah Fakoly à la Cartonnerie de Reims Mardi 06 Novembre, 20h30, froid de canard et file d' attente interminable... Rastafrica Mais qui l' eu cru ?! Il y a de cela un mois, je ne connaissais même pas le nom Tiken Jah Fakoly...mon amie Toop, fan de la première heure, m' ayant mis "tonton d' América" dans les oreilles peu de temps avant, c' est donc tout naturellement que je décide d' aller voir le grand africain sur une scène, en vrai. Première partie assurée par Zenzile, groupe éléctro-franco--AngloJamaïcain !! Samples, effets à tout va, guitares décalées, sax endiablé. Une chanteuse, un chanteur, des guitaristes, des claviers...bref, Zenzile, c' est une claque visuel tant les choses sur scène ne cessent de changer. Leur musique, baignée dans l' electro, est une invitation au planage intersidérale... j' en reparlerais surement...à écouter!

Fumée blanche, lumière rouge...le rasta ivoirien apparait drapé d' un "sauver L' Afrique" cousu à la main. Le groupe qui l' accompagne rappelle un peu celui de la grande époque de Marley, section cuivre, guitare, deux claviers, basse, batterie, et trois choristes... Le temps d' un instrumental introductif et hop, Jah!Fakoly saute sur la scène. Et l' histoire inconnue d' une l' Afrique exploitée, colonisée et ridiculisée qui s' ouvre à nous. A la première écoute, ce qui m' avait frappé, hormis la qualité musicale, c' est la simplicité des textes de Tiken. Certains pourraient les qualifier d' enfantins. Pourtant, le message est là: N' importe qui peut comprendre que l' Afrique est le souffre-douleur d' une planète qui ne vit que par son exploitation engendrée il y a 500 ans. La réaction du public français a tout ça ?...c' est simple, tout le monde connait les paroles, et tout le monde chante...Et à part quelques rasta plein de locks sur la tête mais aussi et surtout plein d' alcool...l' assemblée et tout au reggae du Jah Fakoly.

Et puis Rasta, le guitariste lui, l' est sans problème. La tête qu' il faut, les dreads qu' il faut, la guitare qu' il faut, la tenue qu' il faut bref...il fait presque le concert à lui tout seul: c' est aussi lui qui se révèle le plus complice de Tiken. Du coup, le concert passe comme une fusée, même s' il dépasse les deux heures.

Je ne vais pas faire le roman que ce concert aurait mérité, je vais d' abord commencer par écouter le reggae de Tiken.

« Après l'abolition de l'esclavage Ils ont créé la colonisation Lorsque l'on a trouvé la solution, Ils ont créé la coopération Comme on dénonce cette situation. Ils ont créé la mondialisation. Et sans expliquer la mondialisation, C'est Babylone qui nous exploite »

Donc Tiken Jah Fakoly...le rasta Africain, contre l' oppression de Babylon.

...coup d' oeil aussi sur le site FandeTiken, qui organise pas mal de chose pour aider l' Afrique... et puis rendez-vous aussi sur le BLog perso de TikenJAHFaloky

suite...

J’ ai passé tout mon dimanche à écouter ce titre…

suite...

Traiter la terre mère avec respect

suite...

Déjà à l’ époque…

On prenait des blacks, on les foutait devant les caméras et on leur demandait de bouger leurs culs en criant " Héeee, je suis noir !!" bon le morceau est génial...un incontournable...mais les choeurs masculins qui se prennet pour les "Temptations" de Diana Ross, humm.... suite...



Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers:

Extension Factory Builder